Quelles sont les carences acquises en plasminogène — IPF

Les carences acquises en plasminogène — IPF

La Société prévoit lancer une série de programmes cliniques additionnels afin d’évaluer le potentiel du RyplazimMC (plasminogène) à répondre à des besoins médicaux non comblés et à éviter les décès liés aux « carences en plasminogène acquises ». De telles carences accompagnent certains problèmes médicaux comme le SDRA ou peuvent être observées chez les diabétiques dont la glycémie est élevée et non maîtrisée. Le SDRA touche 190 000 Américains chaque année, avec un taux de mortalité annuel de 30 % à 40 %, et la littérature documente le fait que l’une des complications observées chez ces patients est l’accumulation de fibrine ou de matières fibreuses dans les poumons. Des modèles précliniques ont démontré que le traitement au moyen du plasminogène contribue à surmonter l’accumulation de fibrine.

Dans un modèle animal qui reproduit la fibrose pulmonaire chez les humains, nous avons observé que le RyplazimMC (plasminogène) de Prometic a mieux fait comparativement aux médicaments pour la FPI récemment approuvés pour traiter cette condition médicale. Le RyplazimMC (plasminogène) était associé à une réduction significative de la cicatrisation des tissus (pourcentage de collagène) dans les poumons, indiquant ainsi un potentiel d’amélioration clinique significative et de stabilisation de la fonction pulmonaire.

Prévalence of IPF

La fibrose pulmonaire idiopathique touche environ 130 000 personnes aux États-Unis, et environ 48 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Environ 40 000 personnes souffrant de FPI meurent chaque année, un nombre comparable au nombre de décès causés par le cancer du sein. Le taux de mortalité dans les 5 ans chez les patients atteints de FPI est estimé entre 50 % et 70 %

Stade de développement:

Le plasminogène réduit la fibrose dans le modèle de référence de souris avec bléomycine, et s’est montré prometteur dans la réduction des lésions pulmonaires dans des modèles animaux de lésion pulmonaire aiguë. Des modèles d’étude sont en cours d’exploration pour déterminer si le plasminogène sera efficace pour réduire des lésions pulmonaires aiguës dans les cas d’exacerbation aiguë de la FPI qui demeurent un important besoin médical non comblé.

La Société prévoit lancer des programmes cliniques en Amérique du Nord relativement à l’utilisation potentielle du RyplazimMC (plasminogène) pour le traitement de l’exacerbation aiguë chez les patients atteints du SDRA ou de FPI. Le RyplazimMC (plasminogène) a obtenu de la FDA la désignation de médicament orphelin et une autorisation de développement rapide pour le traitement de la FPI.